Punta del Diablo : Se balader sur les plages - Destination TDM
  • Menu
  • Menu
Punta del Diablo Uruguay

Punta del Diablo : Se balader sur les plages

Accueil » Uruguay » Punta del Diablo : Se balader sur les plages

Pourquoi visiter Punta del Diablo ?

Auparavant village de pêcheurs, Punta del Diablo reste paisible hors saison. Mais quand la saison arrive, de Noël à février, tout est complet, il y a foule d’Uruguayens et d’Argentins. On y va pour se détendre, marcher le long de ses plages ou encore faire du surf.

Quand visiter Punta del Diablo ?

  • La meilleure période pour aller à Punta del Diablo s’étend d’octobre à avril.
  • C’est bondé de Noël à février.

Que faire à Punta del Diablo ?

Visiter Punta del Diablo en 2 jours :

Jour 1 : alentours proches

  • Playa del Rivero
  • Playa de los Pescadores
  • A Artigas y Bolivar
  • La Viuda Beach
  • Surf

Jour 2 : parque national Santa Teresa

  • Playa Grande
  • Mirador das Bellenas
  • Playa del barco
  • Playa Las Achiras
  • Mirador das Bellenas
  • Fortaleza de Santa Teresa
  • Réserve des animaux, un lac et une cascade

Où dormir à Punta del Diablo ?

  • L’idéal est de dormir proche de la plage dans le centre.
  • Nous avons dormi à l’Hostel Compay.

Où manger à Punta del Diablo ?

  • La plupart des restaurants sont dans une rue en bord de mer. On a testé le restaurant Mirjo qui propose un menu du midi intéressant.
  • Il y a deux supermarchés, un proche du distributeur et l’autre plus proche de la mer.
  • L’eau du robinet est potable.

Comment se déplacer ?

  • Le centre de Punta del Diablo n’est pas grand, tout se fait à pied.
  • Pour rejoindre le parc national Santa Teresa ou le fort, il y a un bus, sinon en stop.
  • La gare routière est un peu excentrée (30 minutes à pied du centre) mais les bus passent aussi par un abris bus dans le centre.

Combien ça coûte à Punta del Diablo ?

  • Pour 2 jours, nous en avons eu pour 35,70€ par jour pour 2 personnes en moyenne (hors transports pour venir et partir de Punta del Diablo). Pour rappel : on dort dans les hôtels les moins chers, on mange simplement et local.
  • Détail par dépense en bas de l’article

Où retirer de l’argent ?

La plupart des restaurants et supérettes prennent la carte. D’ailleurs, c’est mieux de payer au maximum en carte bancaire en Uruguay puisque l’état rend la TVA aux cartes étrangères. Une loi prévoit une réduction de 18% dans les restaurants et certains commerces pour les cartes bancaires étrangères.

Pour obtenir de l’argent liquide, on recommande de retirer à la Banco República (BROU) qui prend le moins de frais, 100 UYU. Le distributeur BROU de Punta del Diablo (le seul de la ville) ne fonctionne qu’en haute saison. Il vaut mieux ne pas trop compter dessus et avoir un peu de cash d’avance.
Si vous avez absolument besoin de cash, il y a deux options :
1. Aller jusqu’à Chuy en bus (45 km)
2. Aller jusqu’à Castillos en bus (39 km)
Taux de change en décembre 2019 : 1€ = 42 UYU.

Comment aller à Punta del Diablo ?

Aller à Punta del Diablo depuis Montevideo

  • Bus avec la compagnie Rutas del Sol.
  • 5h de bus pour 713 UYU + 23 UYU la place.
  • Réduction de 24,13 UYU si on paie en carte bancaire étrangère.

Notre visite de Punta del Diablo en 2 jours :

Arrivée qui aurait pu être chaotique

On arrive en bus depuis Montevideo à 23h30. Je n’ai plus de batterie sur mon téléphone et forcément il n’y a que moi qui avait téléchargé la carte de l’Uruguay sur maps.me. Le bus nous a heureusement déposé dans la ville côté plages et non à la gare routière, à 30 minutes de marche. Coup de bol, il y a aussi deux israéliens, qui heureusement, eux avaient de la batterie et ont pu nous aider ! Au final on n’était pas très loin ! Ouf !

Hostel Compay

On arrive à notre hostel. C’est super sympa et on est très bien placé. L’équipe est cool et on se sent vite très bien ici. En plus, on a de la chance, on est que tout les deux dans notre dortoir de 6.

Jour 1 : visite des alentours du centre

On commence bien la journée par un petit déjeuner compris à l’hostel. Il y a pire comme cadre, terrasse avec vue sur la mer. On fait la connaissance d’Élise, une française en tour d’Amérique latine.

On se laisse aller au chill tellement on se sent bien ici. L’hostel invite vraiment à la détente. Bon, on est quand même la pour découvrir Punta del Diablo, alors on décide de se balader tout les 3 (Élise + nous).

Hostel Compay
oui c’est nous on chill !

La ville est déserte. On est mi-décembre mais la haute saison commence après Noël. Même si c’est un peu mort, on préfère ça à la foule.

Playa del Rivero

C’est la première plage du centre. À marée basse comme maintenant, c’est sympa elle est plus grande et on peut y marcher.

Playa del Rivero
on adore les grandes plages de Punta del Diablo

Playa de los Pescadores

Plage réputée pour les familles, elle est parfaite parce qu’il n’y a pas trop de vagues.

Playa de los Pescadores à Punta del diablo
…désertes…

A Artigas y Bolivar

On marche jusqu’à cette pointe. Rien d’incroyable.

La Viuda Beach

On aime bien cette jolie plage.

La Viuda Beach à Punta del diablo en uruguay
canon la plage non ?
La Viuda Beach à Punta del diablo
il y a plein de petites maisons comme celles là à Punta del Diablo en Uruguay

Restaurant Mirjo

On part en quête d’un restaurant. Vers la Playa de los Pescadores, il y a pas mal de choix. On finit dans le restaurant Mirjo qui propose entrée + plat + dessert pour 450 UYU. On a même eu 10% de réduction + les 18% de la loi quand on paie en carte étrangère.

Surf

Quentin ayant appris le surf à Pipa, il accompagne Élise pour voir s’il est possible de louer des planches. L’école devant la playa de los pescadores fait de la location mais ne prend que le cash. On file au seul distributeur (BROU) de la ville. Ce n’est pas encore la haute saison donc il est hors service… On verra demain pour payer en euros… On finit la journée à se détendre à l’hostel. Il y a pire !

Soirée au coin du feu

Le soir, il fait vraiment frais. Les boss de l’hostel font un feu dans le jardin, c’est parfait pour nous réchauffer ! On se prend un petit apéro tranquille et le personnel de l’hostel se fait un maxi asado (barbecue) avec les braises. Ça donne envie !

apéro Hostel Compay
ça fait si plaisir…

Jour 2 : parque national Santa Teresa

Après le petit déjeuner, on file tout les trois au nord pour marcher le long de la plage. Avant de partir, petite pause au supermarché pour acheter un pique nique.

Plages du nord

La balade est vraiment très belle. On passe par de belles grandes plages à marée basse. C’est désert, on croise peu de monde.

Après avoir longé la playa Grande, on arrive au Mirador das Bellenas. Il n’y a malheureusement pas de baleine en cette saison…

On continue via la playa del barco et la playa Las Achiras. Au bout, il y a encore un Mirador das Bellenas. Forcément, toujours rien ! Ça fait quand même 2h30 de balade jusqu’ici. On a bien marché, on se pose là pour pique niquer. On a une jolie vue d’en haut sur la playa de la Moza à gauche et les plages d’où on vient à droite. Dans ce mini village, il y a un restaurant mais on avait prévu notre pique nique.

parque national Santa Teresa
quelle belle plage…

Fortaleza de Santa Teresa

Prix : 50 UYU ou 100 ARS ou 8 BRL ou 2 US$

On marche à travers un camping jusqu’au fort. On croise des militaires qui nous disent qu’on n’avait pas le droit de remonter par la plage, que c’est une zone protégée… Clairement il n’y avait aucun panneau. Tant pis de toutes façons on est là ! On va visiter le fort. Heureusement, ils prennent les pesos argentins, on n’a pas de monnaie locale. La visite est sympa même si ce n’est pas extraordinaire.

Fortaleza de Santa Teresa

Échec de la réserve des animaux, le lac et la cascade

On continue notre route pour rejoindre la réserve des animaux, un lac et une cascade dans le parc national Santa Teresa. On a tenté deux chemins à pied qui étaient fermés… Il fallait donc passer par la grosse route nationale avec toutes les voitures… Clairement, ce n’est pas adapté aux piétons… Il y a un bus mais on n’a aucune info sur les horaires alors on décide de tenter le stop. Juste avant de rejoindre la route, on se fait prendre par un couple d’Argentins en vacances. On leur demande ce qu’ils pensent du parc. Ils disent que ça ne vaut pas la peine, ils viennent depuis 4 ans. Donc on les croit… Ils nous déposent à la station de bus de Punta del Diablo.

Gare routière Punta del Diablo

On doit acheter nos tickets de bus pour Cabo Polonio pour demain. Seule la compagnie Rutas del Sol fait ce trajet. Il y a des départs tous les jours à 17h15 en bus direct sauf le dimanche. Et bien sûr demain c’est dimanche… On doit donc faire un changement à Castillos (on en profitera pour retirer des sous). Ce n’est pas plus cher. On a de la chance, le bus passe 15 minutes avant l’heure de la gare routière à l’arrêt des plages. Ça évite de marcher 30 minutes pour rien.

Échec du surf bis

On rentre tranquillement à l’hostel et on se détend. En début de soirée, Quentin tente d’aller surfer mais les vagues ne sont pas top. Abandon… PS : la location d’une planche pour une heure coûte 300 UYU.

Le lendemain, on prend le petit déjeuner tranquille, on prend le temps. À 11h40, on part à l’arrêt de bus pas très loin de l’hostel. Là, on prend le bus direction Castillos où on prendra un autre bus direction Cabo Polonio.

Conseils pour Punta del Diablo :

  • Le distributeur de billets ne fonctionne pas toujours
  • Avoir du cash (euros, dollars ou pesos uruguayens) pour payer certaines choses comme une location de planche de surf
  • Plages du nord à faire à marée basse

Notre avis sur Punta del Diablo :

On a passé un très bon séjour à Punta del Diablo. Étant juste avant Noël, la ville était calme, peut-être un peu trop ! La balade le long des plages nous a beaucoup plu.

Détail des dépenses à Punta del Diablo

Pour 2 jours, nous en avons eu pour 35,70€ par jour pour 2 personnes en moyenne (hors transports pour venir et partir de Punta del Diablo). Pour rappel : on dort dans les hôtels les moins chers, on mange simplement et local.

  • Entrée Fortaleza de Santa Teresa : 50 UYU ou 100 ARS ou 8 BRL ou 2 US$ (1,20€)
  • Location d’une planche pour une heure : 300 UYU (7,20€)
  • Hostel Compay : 17€
  • Menu restaurant local simple : 450 UYU (10,80€)
  • Bus Montevideo – Punta del Diablo : 711,87 UYU (17€)
  • Bus Punta del Diablo – Castillos – Cabo Polonio : 153,79 UYU (3,75€)
  • Camion pour rejoindre le centre de Cabo Polonio : 250 UYU (6€)

Étape précédente :

Étape suivante :

Au revoir Punta del Diablo, bonjour Cabo Polonio

  • On part de Punta del Diablo à 12h10 (plages) en bus pour une arrivée à 13h15 à Castillos avec la compagnie COT.
  • Puis on part de Castillos à 14h30 en bus pour une arrivée à 15h30 à Cabo Polonio avec la compagnie Rutas del Sol (changement de bus rapide à Barra de Valizas).
  • 153,79 UYU la place en 2+2.
  • Sinon bus direct à 17h tous les jours sauf le dimanche.
  • Enfin on prend un 4×4 pour rejoindre les plages en 30 minutes.
  • 250 UYU la place aller retour (seulement en cash).

Qu’avez-vous pensé de cet article et du blog en général ?

Et vous, ça vous plaît de marcher le long des plages ?

Si vous avez des questions sur Punta del Diablo, l’Uruguay ou sur notre tour du monde, des remarques ou des suggestions pour notre blog, n’hésitez pas à nous les partager en commentaire. On vous répondra aussi vite que possible et cela nous aide à améliorer notre blog 🙂

Partager cet article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    16
    Partages
  • 16
  •  
  •  
  •  
  •  

Commenter l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *